Un petit tour à la périphérie de Nîmes

Point de départ, puisqu’il faut bien un point de départ :
quelques marches que le créateur du skate parc de Nîmes
est censé avoir transplantées depuis le Carré d’art, haut lieu du centre nîmois (évidemment interdit aux planches), jusqu’à ce parc posé sur le périphérique où les skatteurs peuvent retrouver les sensations du centre.
Mais ces marches n’existent plus ici : elles sont devenues une simple hauteur.
Que reste t-il de la sensation alors ?
Il aurait fallu poser la question.
Le lendemain, le père d’un skatteur, confirme que ce parc n’est pas au point : toutes les pentes ont le même degré et la même longueur, très peu de variété.

Un lieu auquel il manque des tranches : loi de l’urbanisme en périphérie.




Le menhir de Courbessac, parmi les premières traces de sédentarisation :

Le Vistre, où a été retrouvé l’un des derniers cadavres non identifiés à Nîmes :



Entre ces 2 images, juste une question :
qu’est ce qui pourrait abattre la muraille ?
Rien.
Un souffle peut être.
Les trompettes de Jéricho ou, plus près de nous, sans complaisance, la voix de Michel Vaujour, sur France Inter, cassée à force d’avoir été tue (plusieurs années de silence total nous dit il) : http://media2.radiofrance-podcast.net/podcast09/10617-03.04.2009-ITEMA_20145191-0.mp3
Une voix qui a limé la muraille.
Ou le souffle du petit coureur éthiopien qui a franchi le premier la ligne d’arrivée du marathon de Paris deux jours plus tard.

Cette autre question alors : qui va franchir la ligne, qui passe au dehors à travers le mur ?
Qui va t-on rencontrer ?
E t où cela mène t-il ?



« ce que j’exprime, c’est vraiment de l’exprimé »
M.Vaujour

Share on Facebook
Share on LinkedIn

Posted: avril 5th, 2009
Categories: NSA
Tags:
Comments: No Comments.












female viagra for sale buy cialis online